Vai all'homepage del Messaggero Vai all'homepage della Basilica

Mars 2006
Vai al sommario
n. 1227


La Basilique de saint Antoine
Casa del Pellegrino

Une foi simple

Les cendres, un engrais

de François-Xavier Amherdt

Autrefois, seuls ceux qui avaient gravement péché recevaient “le sac et la cendre” pour se vêtir durant leur temps de pénitence. Mais depuis le Xe siècle, l’imposition des cendres concerne tous les fidèles qui entreprennent, pendant les 40 jours de carême, une démarche de conversion. Quel sens donner à ce rite pénitentiel ?


Bien sûr, le geste des cendres évoque d’abord la pénitence, au jour qui ouvre le Carême (terme qui signifie “quarante”, du latin quadragesima, soit 40 jours de route vers Pâques). C’est leurs reins ceints de sacs et la tête couverte de cendres que les fidèles d’Israël s’humiliaient devant Yahvé, manifestant ainsi le regret de leurs fautes, leur désir de conversion et leur volonté de “se retourner” vers le Seigneur.
Recevoir les cendres au mercredi qui lance la préparation à la Résurrection, c’est commencer à reconnaître notre péché afin de raviver la grâce de la miséricorde divine et de nous abandonner à elle. Et le geste des cendres peut naturellement nous conduire vers le sacrement de la réconciliation.

Recréation
Ensuite, les cendres signifient la mort, puisqu’elles représentent l’état de décomposition dans lequel finit notre corps, qu’il soit réduit progressivement en poussière s’il est mis en terre, ou qu’il soit brûlé par le geste de “l’incinération”.
Accueillir les cendres au début du Carême, c’est nous rappeler que nous ne sommes que peu de choses, tirés du néant par le Créateur, façonnés de terre comme glaise par le potier, et que nous retournerions là d’où nous sommes issus, si Dieu ne nous recréait pour la vie éternelle en nous modelant un corps ressuscité, à l’image de celui de son Fils au matin de Pâques.
Les paroles prononcées par le prêtre lors de l’imposition des cendres inscrivent en nos mémoires ces deux dimensions : « Convertis-toi et crois en l’Evangile » (appel à la pénitence), et « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière » (rappel de notre fragilité et de notre mortalité).

Fécondité
Enfin, il est une troisième signification des cendres qui nourrit particulièrement notre espérance : à défaut d’engrais, les agriculteurs de certains pays brûlent arbres et arbustes et en répandent les cendres pour rendre le sol plus fertile. Ainsi, brûler les rameaux secs distribués l’année précédente et déposer les cendres ainsi produites sur le front des fidèles revient à demander au Dieu de Vie de féconder la terre de leur cœur et de leur être, afin qu’ils produisent des fruits de conversion. Le jeûne, la prière et l’aumône proposés aux croyants durant le Carême en sont les meilleures concrétisations.

QUIZ
1. Combien de jours avant Pâques se situe le Mercredi des Cendres (sans compter les dimanches de Carême) ?
a 30
b 40
c.50

2. Laquelle de ces 3 phrases est-elle prononcée lors de l’imposition des Cendres ?
a « Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière »
b « Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur »
c « Je bénirai le Seigneur toujours  et partout »

3. Pourquoi les Hébreux déposaient-ils de la cendre sur leur tête ?
a En guise de malédiction
b Pour vaincre leurs ennemis
c En signe de pénitence

Réponses:

1. b - 2. a - 3. c 



© 2014 PPFMC Messaggero di S.Antonio Editrice
Via Orto Botanico 11 - 35123 Padova (Italy) - P.Iva 00226500288
email:info@santantonio.org